Politique

UMP : plusieurs nominations, mais aucun organigramme à l’horizon

Publié par  | 

pDepuis qu’il a été nommé à la tête de l’UMP, le nouveau président Nicolas Sarkozy n’a pas encore établit l’organigramme de l’instance qui dirigera avec lui sa formation politique, sauf quelques nominations qui ont été avalisée au cours du premier bureau politique dirigé par lui-même ce mercredi 3 décembre à 17 heures.

Plusieurs nominations…

Il s’agit du député Daniel Fasquelle, soutien de M. Sarkozy, à la fonction de trésorier national. Un comité financier, comportant cinq membres du bureau politique et cinq adhérents. Frédéric Péchenard a été également annoncé au poste de au poste de directeur général de l’UMP alors qu’il était directeur de campagne de l’ex président.

Mais la composition de toute la nouvelle équipe dirigeante n’est toujours pas définie. Au cours du bureau politique, M. Sarkozy a précisé qu’elle ne serait présentée qu’en fin de semaine ou en début de semaine prochaine, d’après plusieurs participants.

Bataille autour du second poste…

La principale question concerne la place de numéro deux. Nathalie Kosciusko-Morizet et Laurent Wauquiez sont en compétition pour le poste de secrétaire général, le député de Haute-Loire apparait comme la favorite. En privé, M. Sarkozy a confié à plusieurs de ses visiteurs que son ancien ministre pourrait occuper ce poste.

Présence des principaux cadres du parti

Le bureau politique, qui réunit la trentaine de dirigeants de l’UMP, ressemblait à un conseil des ministres. Nicolas Sarkozy était assis à côté de ses adversaires François Fillon et Alain Juppé, faisant face à Luc Chatel, entouré de Jean-Pierre Raffarin et Edouard Balladur. Un ancien président et quatre ex premiers ministres : « Ça avait de la gueule », s’emballe un participant.
La réunion, qui a duré près d’une heure, s’est déroulée dans un climat « assez froid », d’après un participant. Nicolas Sarkozy ne s’inscrivait pas dans une logique de séduction, comme cela a été le cas ces derniers jours.

« Il était très directif », d’après un participant et s’est étonné que les autres membres du bureau politique ne prenaient pas assez la parole : « Personne ne s’exprime. N’hésitez pas à parler hein… » En réalité, chacun était sur ses gardes et veillait à ce que les engagements pris par M. Sarkozy, lors des négociations d’après scrutin, soient bien appliqués. Alain Juppé a par exemple demandé des garanties sur l’organisation de la primaire. François Fillon, lui, ne s’est presque pas exprimé.
Après avoir rendu hommage à Jacques Barrot, mort mercredi, les dirigeants de l’UMP ont pris acte de plusieurs points qui relèvent du fonctionnement interne du parti.

Marie

Passionnée de sport et de télévision (évidement pas en mode consommation abrutissante), principalement pour les séries TV américaines !