Economie

La loi Macron divise la majorité déroutée

Publié par  | 

La loi du ministre de l’Economie n’est pas uniquement boudée par les frondeurs du PS.

macPrésenté comme une bombe lancée en pleine figure, le projet de loi « pour la croissance et l’emploi » que va dévoiler Emmanuel Macron ce mercredi en Conseil des ministres risque de diviser le Parti socialiste à quelques jours des élections départementales de mars 2015 et surtout du congrès du PS prévu en juin.

La gauche du PS occupe comme d’habitude la première ligne de la contestation, mais c’est nouveau, car le malaise s’étend au-delà des frondeurs. En le voyant, ce texte ne peut pas être voté » averti Yann Galut, qui, avec les élus de la mouvance Cohérence socialiste, se vante de ne jamais s’être abstenu pour contredire un texte du gouvernement.

Une loi contestée par les élus

«Il ne faut pas se voiler la face, c’est une loi qui ne passe pas au PS. Ce qui est présenté par Emmanuel Macron ne fait pas partie de l’ADN du parti», explique-t-il. Et la liste est longue des décisions qui laissent les élus PS ébahis. «La logique de certaines propositions aurait fait hurler le PS si la droite les avait portées», lance un parlementaire.

Dans ce débat, la critique sur le travail le dimanche n’est que la partie émergée de l’iceberg. Au point où, d’après Yann Galut, «il y a un vrai risque de 49.3» l’article de la Constitution qui permet au gouvernement de faire accepter un texte sans vote à l’Assemblée. En force donc. Ce mardi, il devait présenter un projet consécutif à celui d’Emmanuel Macron.

Contestation,malgré le sondage Ifop

Cela montre que l’embarras est sérieux, la gauche du PS s’affiche tellement en colère que ces élus souvent soumis. Samedi, Marie-Noëlle Lienemann a «demandé aux (députés) frondeurs à tous les socialistes» de « refusé la loi Macron». Refusant de tenir compte d’un sondage Ifop pour la mairie de Paris, qui stipule que 75 % des Parisiens sont d’accord à «l’ouverture des magasins le dimanche», l’une des mesures phares boudées du texte.

La sénatrice de Paris a expliqué lors de la clôture des «États généraux des socialistes», que ce texte, «remet en cause tous les combats historiques de la gauche pour le droit du travail, les seuils sociaux, le temps de travail, le travail de nuit et le travail du dimanche».

Marie

Passionnée de sport et de télévision (évidement pas en mode consommation abrutissante), principalement pour les séries TV américaines !