Bourse

La Bourse salut l’annonce du retrait de Viadeo du marché chinois

Publié par  | 

Viadeo, le réseau social professionnel, rival de LinkedIn, envisage mettre fin à ses activités en Chine à la fin de l’année pour recentrer ses activités sur le marché français.

L’action Viadeo a enregistré une hausse de plus de 17 % à l’ouverture de la Bourse de Paris ce jeudi suite à l’annonce selon laquelle, il quittait le marché chinois. En clair, le réseau social professionnel, adversaire de LinkedIn a expliqué qu’il envisageait cesser les activités de sa filiale Tianji Chine à la fin de l’année en vue de réorienter sa stratégie prévoyant de se redéfinir sur le marché français.

Avec à son actif 65 millions d’utilisateurs dans le monde, Viadeo tire ainsi les leçons de l’échec de sa recherche d’un associé en Chine pour répartir les importants investissements indispensables pour proposer une offre compétitive sur un marché au potentiel important mais très concurrentiel. Une absence de ressources très contraignante par rapport au « marché chinois des réseaux professionnels s’est considérablement transformé au cours de ces derniers semestres, notamment avec l’explosion du mobile qui a entraîné des changements profonds des usages ». Les recherches entamées au premier semestre pour trouver un investisseur, un acquéreur ou un associé local n’ont corrélativement pas donné un résultat probant.

Un foyer de pertes

La société avait commencé ses activités en Chine en 2008 mais a rencontrer des difficultés pour les vendre. Sa filiale chinoise, Tianji, n’a enregistré que des pertes d’argent. Après avoir encaissé une perte de 5,1 millions d’euros en 2014, celle-ci en a connu une autre de 2,8 millions sur le premier semestre de l’année. Le 11 décembre passé, le PDG et cofondateur du groupe, Dan Serfaty, avait déjà annoncé, dans une interview accordée au Journal du Net, que « s’il le faut nous fermerons la Chine. » Il avait alors souligné que, chez les analystes financiers, « la Chine est présentée comme un danger pour le groupe car elle avale 7 à 8 millions d’euros par an.

Mickael

Je suis Mickael, journaliste de métier. J'ai crée ce site en 2014.